Marine H Écrivain

Marine H Écrivain Page de l'auteur Marine H

Elle avait un rêve, le rêve de faire rêver, le rêve d’émouvoir. Oui, mais comment ? C’est un rêve tellement dur à réaliser. Elle mit tout son cœur à l’ouvrage, laissant parler des émotions venues d’un autre monde, d’une autre vie, une vie de joie, de tristesse, de peur et d’angoisse. Elle invente une histoire sans jamais oublier d’y laisser quelques pensées qui lui sont chères. Elle voudrait laisser une trace, émouvoir les gens, leur permettre de s’évader, sans jamais avoir la prétention d’être meilleure que les autres. Mais pour cela, elle a besoin de vous, elle compte sur vous, elle vous aime.

* NOUVEAU POÈME *Bonjour chers lecteurs, Je partage avec vous aujourd'hui un petit texte inédit, rédigé il y a quelq...
06/10/2019

* NOUVEAU POÈME *

Bonjour chers lecteurs,

Je partage avec vous aujourd'hui un petit texte inédit, rédigé il y a quelques jours. Il change un peu des autres et aborde un thème différent.
Bien sûr, n'hésitez pas à nous faire part de votre ressenti. 😉

🖋Douce Innocence.

Elle danse,
Elle se déhanche, amusée
Par ce rythme diabolique qui la met en transe.
Entêtée, embrumée.
Son esprit vagabonde au gré des notes enchanteresses.
Son corps ondule suavement sur la musique.
Un sourire insouciant et angélique,
Qui dissimule pourtant une infinie tristesse.
Un vide, une plaie fraîche et béante.
Il a laissé une trace sur son âme pure et enivrante.
Cette beauté qu’il a entachée,
Un bout de son cœur arraché.
Saigne et laisse des marques derrière chacun de ses pas.
Ainsi se dessine le chemin de son désarroi qui s’accroît.
Seule dans une jungle où des monstres la guettent.
Une proie convoitée et offerte.
Démunie et sans défense.
Qu’adviendra-t-il de sa tendre innocence ?
Lorsqu’elle aura la force d’affronter ses démons,
Qui l’entraînent tout au fond.
Elle devra vaillamment se relever.
Accepter de porter ces cicatrices qui l’auront forgée.
Elle sortira grandie, plus belle et assurée.
Prête à conquérir un nouveau monde,
Quand bien même le tonnerre gronde.
Elle embrassera un destin où elle ne craindra plus de chuter.

Marine H. © Tous droits réservés.

À très bientôt mes petits lecteurs favoris 😊

* REMERCIEMENTS *Tout d'abord je vous remercie toutes et tous : nous avons dépasser les 500 likes ! 🎉Ensuite, je vou...
06/04/2019

* REMERCIEMENTS *

Tout d'abord je vous remercie toutes et tous : nous avons dépasser les 500 likes ! 🎉
Ensuite, je vous offre ce petit poème 😊
N'hésitez à partager et me faire part de vos avis.

Ange déchu à la crinière dorée,
Toi, le seul qui ne m’aie jamais possédée.
Mon cœur tout entier dévoué,
À l’amour que tu m’as consacré.
Qui aurait cru mon adoré,
Que l’on pouvait souffrir d’aimer.
Les larmes que j’ai tant versées,
Ont fini de me faire sombrer.
Mon âme est entachée,
D’avoir été touchée par ta beauté.
Mon corps est essoufflé,
De t’avoir donné plus que je ne le pouvais.
Tu dois maintenant te délivrer,
Des chaînes qui t’ont rongé les poignets.
Pars loin mon aimé,
Sans jamais te retourner.
Je garderai précieusement le secret,
De ces moments heureux, tristement teintés de regrets.

Marine H. © Tous droits réservés.

Procurez-vous mes livres sur Amazon sans plus attendre :

Love Hackers https://www.amazon.fr/dp/B073LJYV7Y/ref=cm_sw_r_cp_apa_i_.kP9Cb1EQR4FQ

Big Apple https://www.amazon.fr/dp/B071FT6J3J/ref=cm_sw_r_cp_apa_i_6mP9CbPNKVCPV

À très bientôt mes chers lecteurs. 💋

* TEXTE ORPHELIN *Hello chers lecteurs, Voilà longtemps que je ne vous avez pas offert un petit texte orphelin. Des pet...
05/13/2019

* TEXTE ORPHELIN *

Hello chers lecteurs,

Voilà longtemps que je ne vous avez pas offert un petit texte orphelin. Des petits écrits uniques, qui ne sont rattachés à aucune histoire en particulier, résultats d'un besoin de coucher quelques pensées sur le papier.🖋
Ce texte me tient particulièrement à coeur. J'attends bien entendu vos avis et vos ressentis.
Bonne lecture à vous ! 📖😉

💜 Confession d'un amoureux transi 💜

Te souviens-tu, ce jour pluvieux, béni de simplicité ? Nous étions paisiblement assis dans ce café encore désert de bon matin, dégustant des boissons chaudes et gourmandes, un jus d’orange fraîchement pressé. En musique de fond, le groupe Blue, boys band kitch des années quatre-vingt dix, qui créait néanmoins une ambiance romantique. Dans notre bulle, rien d’autre n’existait. Toi et moi, pantois de découvrir nos sentiments naissants. Étaient-ils bien réels ? Où était-ce trop beau pour être vrai ? Ces questions n’avaient finalement pas leur place en cet instant précis. La plénitude de ce bonheur si simple nous étreignait délicieusement. « Tout va bien les amoureux ? » s’était enquis le serveur et gérant de l’endroit chaleureux et cosy. Nous nous étions alors regardés, gênés par ces propos innocents et pourtant vrais. Nous n’en étions pas là, l’idée d’être vus comme un couple à proprement parler ne nous avait pas encore effleuré. C’était ce à quoi nous ressemblions. Cette remarque avait été un déclic. Pourquoi ne pas essayer ? En dépit de nos passés douloureux couronnés d’échecs et de tristesse. C’était un peu fou de prendre un tel risque. Le risque de souffrir à nouveau. Ça ne semblait pas si insensé finalement. Une évidence ? C’était naturel, presque facile. Nous en avions envie.
Les semaines qui avaient suivi avaient été idylliques. Toi et moi en parfaite osmose, ces nuits fougueuses où nous étions ivres l’un de l’autre sans jamais nous lasser, sans jamais être épuisés d’en vouloir toujours plus, je n’avais jamais rien connu de tel. Nos corps s’entendaient à la perfection. Deux pièces d’un puzzle enfin réunies, parfaitement imbriquées. Une union incroyable, improbable, exaltante, terrifiante. Oui, si cette bulle de bonheur immaculé éclatait, je savais déjà que je ne m’en remettrais jamais. Pas une deuxième fois. Je ne voulais pas que tu m’aimes. Je ne voulais pas t’aimer. Or, il était déjà bien trop tard, mon cœur était tien depuis déjà plusieurs semaines.
Ce jour où j’ai vu la souffrance dans tes yeux, un soir de mai, le désarroi incommensurable, la colère et la douleur poignante qui émanaient de toi… J’étais bouleversée. S’il t’arrivait quelque chose, si je te perdais… C’était ce jour là que j’avais pris conscience de la dangerosité de notre relation incomparablement unique. C’est alors que la peur l’emporta, entraînant une succession d’erreurs impardonnables. Mes promesses fugaces, mes fautes qui se sont accumulées devenant peu à peu insurmontables.
Par une douce journée d’Août, tu m’avouais tes sentiments. « Je t’aime, mon amour » m'avais-tu susurré. Il n'y avait rien de plus beau que ce souvenir gracieux. Je m’étais tant de fois mordu les lèvres pour ne pas les prononcer… Tu m’avais alors juré que nous ne deviendrions pas un couple normal et ennuyeux comme il en existe tant, tu m’avais juré que je ne me sentirais jamais délaissée comme ce fut le cas dans le passé, qu’avec toi, je ne vivrais plus jamais ça. Je t’avais cru… Tu étais quelqu’un de sincère et juste. J’avais toujours tout aimé de toi, tes défauts autant que tes qualités. Même si j’avais tout gâché à bien des égards, c’était encore vrai. Même si j’avais fait de toi une personne rongée par la colère et la rancœur, je t’aimais plus encore. En dépit de ce que tu pensais, tu demeurais cet être exceptionnellement droit et fort que je vénérais. Tu as eu foi en ma personne, tu m’as sauvée de moi-même et je ne t’en remercierais jamais assez. Tu semblais sceptique désormais, tu avais baissé les bras… Après tout, j’étais celle qui avait fini de te détruire. Le sang et les larmes avaient été versés bien trop souvent, emportant un peu de nous à chaque fois. Cependant, je refusais de croire qu’il ne restait plus rien de nous. Je ne parvenais pas à m’y résoudre. Cette idée m’anéantissait littéralement à chaque minute. Aujourd’hui, le fossé entre nous est malheureusement signifiant. Mais aussi fort avais-tu pu croire en moi, j’espérais tout autant que nous pourrions un jour prochain retrouver notre exemplaire amour. Tu avais trop fait pour moi, tu ne pouvais pas abandonner après tous ces colossaux efforts. Je voudrais ne pas être la seule à croire que la flamme de la passion brillait encore au fond de nos cœurs meurtris. Cet inexplicable « je-ne-sais-quoi » ne pouvait pas disparaître, deux âmes sœurs ne pouvaient être séparées.
Mon souhait le plus cher serait de retrouver la plénitude de ce jour pluvieux, seuls et heureux dans ce café.

Marine H. © Tous droits réservés.

N'hésitez pas à partager mes petits lecteurs favoris. 😉😚

Bonjour chers lecteurs, Vous avez lu LOVE HACKERS 💟🎼🎸 ? N'attendez plus ! 👏Vous pouvez vous le procurer sur ...
04/24/2019
Love Hackers

Bonjour chers lecteurs,

Vous avez lu LOVE HACKERS 💟🎼🎸 ?
N'attendez plus ! 👏Vous pouvez vous le procurer sur le site Amazon au format broché ou Kindle.📖

C'est par ici :

https://www.amazon.fr/Love-Hackers-Marine-H/dp/B073LJYV7Y/ref=sr_1_2?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&keywords=Love+hackers&qid=1556099506&s=gateway&sr=8-2

Retrouvez également Big Apple 🖤🍏🗽 sur Amazon :

https://www.amazon.fr/Big-Apple-Marine-H/dp/B071FT6J3J/ref=sr_1_2?qid=1556099565&refinements=p_27%3AMarine+H&s=books&sr=1-2&text=Marine+H

À partager sans modération ! 😉

Love Hackers

* EXTRAIT * Bonjour chers lecteurs ! Les beaux jours pointent peu à peu le bout de leur nez ☺️ et avec eux la persp...
04/07/2019

* EXTRAIT *

Bonjour chers lecteurs !

Les beaux jours pointent peu à peu le bout de leur nez ☺️ et avec eux la perspective de flâner au soleil 🌞 sur un transat un smoothie vitaminé à disposition 🥤 pour faire le plein d'énergie tout cela en lisant un bon livre 📚. Un livre qui nous ferait voyager sous le soleil de la Californie, bercé par la douce musique d'un chanteur à la voix douce et roque à la fois, par exemple ? 🎹🎤🎼 Un livre comme LOVE HACKERS ?
Rien que pour vous un petit extrait plein de poésie et de romantisme. 💟

--> Je prends place sur le tabouret rectangulaire noir recouvert de velours rouge. Je suis tellement proche de lui que nos cuisses se frôlent, provocant un frisson le long de mon échine. Son odeur m’enveloppe, une odeur d’homme, musquée et douce à la fois lui correspondant à la perfection. Je crois qu’elle restera gravée dans ma mémoire à jamais. Il fait courir ses longs doigts sur les touches noires et blanches avec une fluidité et une facilité déconcertantes. La mélodie est somptueuse, empreinte de tristesse, mais aussi d’espoir. Il est concentré, enfermé dans son monde, son jeu transpire d’émotions. Il semble vivre son morceau de tout son être. C’est absolument incroyable. Quand sa voix résonne, une vague de sentiments me submerge. Que ce soit au piano ou à la guitare Jason réveille toujours en moi des sensations incroyables, un désir intense et inédit. L'écouter est presque orgasmique.

* POÈME *🌞Bonjour, bonjour, C'est dimanche, quoi de mieux qu'un peu de lecture ? Pour vous chers lecteurs, un petit ...
02/24/2019

* POÈME *

🌞Bonjour, bonjour,

C'est dimanche, quoi de mieux qu'un peu de lecture ? Pour vous chers lecteurs, un petit poème :


🌸 Dévorante passion 🌸

Je me souviens de ce jour béni
Où ce doux frisson secoua mon corps
Mon cœur battait de plus en plus fort
En moi naissait un désir qui fit trembler mes nuits

Lorsque ta bouche frôla enfin la mienne
Je sus assurément que je voulais être tienne
Ce contact électrisant me rendait toujours plus accro
De ta douceur veloutée, de la chaleur délicieuse de ta peau

Cette ardeur unique et déroutante
Qui nous animait, nous rendait ivres et vibrants
Avides de vouloir toujours plus de cette passion éblouissante
Impatients de retrouver ce vertige palpitant.

Je voulais tout donner pour te faire chavirer
T’entendre exprimer ton plaisir enchanté
Goûter ta volupté quand ton corps s’embrase
Voir sur ton visage l’expression de ta magnifique extase

Il n’existait rien de plus ravissant que cette communion
L’osmose de nos âmes et de nos corps haletant à l’unisson
La perfection de tes gestes, la satisfaction de te voir comblé
Rien au monde ne saurait remplacer tant de beauté.

Marine H. © Tous droits réservés.


N'hésitez pas à me faire part de vos avis et à partager 😉👋

* TEXTE ORPHELIN *Comme promis chers lecteurs, je partage avec vous ce petit texte qui est, en réalité, une lettre que...
01/03/2019

* TEXTE ORPHELIN *

Comme promis chers lecteurs, je partage avec vous ce petit texte qui est, en réalité, une lettre que j'ai rédigé il y a quelques semaines. En cette nouvelle année, j'ai envie de renouer avec l'écriture et de prendre un nouveau départ dans mes écrits.
Ce texte est assez dur et malgré ce qu'il inspire on peut aussi y voir une note d'espoir. J'espère qu'il suscitera en vous des émotions et véhiculera les sentiments que j'y ai retranscrit. Sentez-vous libre de partager votre ressentis sur son contenu et ce qu'il vous évoque. Votre avis est le bienvenu.
Bonne lecture :)

-Lettre de remerciement-

J’avais une confiance aveugle en toi. Meilleurs amis pour la vie. Tu te souviens ?
Naïveté…
J’ai appris quelque chose au cours de ces derniers mois : ne faire confiance à personne ! Pas même en ma propre entité, finalement. 
Je me suis retrouvé sans rien du jour au lendemain, croyant que j’allais être « libre », j’avais toute une vie devant moi, j’allais pouvoir tout vivre et son contraire. C’est tout naturellement que tu m’as, l’air de rien, donné ce coup de pouce : « Vas y profite, je suis là. »
Grossière erreur ! La première d’une longue série.
J’aurais dû être anéanti après avoir tout perdu. C’est ainsi que tout individu réagit. Mais je ne ressentais pas cette peine à laquelle j’aurais dû faire face. Comme ces gens qui perdent l’être cher et qui ne verse pas une larme, semblent presque indifférents. Je n’éprouvais rien. Un comportement qui n’est pas saint. Qui laisse entendre que quelque chose cloche. Le déni. Il entraîne irrémédiablement ce choc à retardement, plus violent encore que s’il avait été direct.
Telle une hémorragie interne, on ne sait pas tout de suite qu’elle est là, mais lorsqu’on la diagnostique, elle s’est déjà étendue, faisant des dégâts possiblement irréversibles… Toi, mon ami, tu es le médecin qui as ignoré sciemment les symptômes de ton vulnérable et faible patient. Tu as prescrit un vulgaire placebo pour vaincre l’insidieux cancer qui saccageait une à une les cellules de son corps meurtri. Une expérimentation scientifique divertissante, vouée, tu le savais, à un dénouement tragique. Tu as manqué à ton serment. Tu es de ces personnes qui jouissent de la détresse des autres. Pour te sentir supérieur, puissant. Tu tires les ficelles à ta guise. Ta prestation est salutaire.
Je m’en suis remis à toi, pensant que tu étais bienveillant à mon égard, mais je n’étais qu’un jeu. Une vengeance ? Par ma naïveté, je me retrouve aujourd’hui, seul face à moi-même, seul face au monstre que tu m’as laissé créer, prendre possession des moindres parcelles de mon enveloppe corporelle, laissant place à la perversion et la vilenie. Tu ne m’en as pas empêché. Seul face aux erreurs que j’ai commises sous ta bénédiction, seul face aux conséquences de mes terribles actes...
Merci.
Si la lumière de l’ange qui m’a percuté n’avait pas croisé ma route, ou serais-je aujourd’hui ? Jusqu’où m’aurais-tu encouragé pour ta simple distraction, toi et celle de tes comparses ? Je ne veux pas le savoir, j’en ai déjà trop fait par le passé. J’ai gâché un trop grand nombre d’années de mon futur. J’ai bafoué ma seule et unique chance d’être à nouveau heureux et aimé un jour, conditionné pour ne plus y croire. Tu ne m’as pas convaincu du contraire...
Merci.
J’ai blessé tout ceux qui m’entouraient de près ou de loin, sans préoccupation aucune. De mon propre chef, mais aussi parce que tu ne m’as pas joué ton rôle, ne me disant pas que tout ce que je touchais devenait ténèbres...
Merci.
Cet ange qui m’a sauvé de moi-même, s’est brûlé les ailes à mon contact. Son aura majestueuse à trop perdu de sa superbe. Un véritable et honteux gâchis. Par ma naïveté. Le sang et les larmes ont coulé tant et plus. Les cris de détresse et de colère résonnent encore à mes oreilles, violents comme des coups de poignards. Il ne reste plus de nous que rancœur et tristesse. Résignation…
Merci.
Tu t’es servi de ma naïveté pour te jouer de moi, tu m’as aidé à tenir le couteau que je pointais sur mon cœur. Lame aiguisée que j’enfonçais un peu plus chaque jour, transperçant parallèlement la poitrine de l’âme pure qui m’a tout donné...
Merci.
Aujourd’hui, je suis seul à éponger mon sang répandu sur le sol, confondu à celui de mon ange déchu, telle une large mare pourpre, épaisse de regrets et qui ne semble jamais s’endiguer...
Merci.
Je ne savais pas ce qu’était la vie quand ma bulle a éclaté. Tu m’as ouvert la voie vers les pires entreprises, m’encourageant à emprunter le plus sombre des horizons, au péril de ma vie et pire encore, de celle du divin personnage si cher à mon cœur. Désormais, tout est sale, fané, sans vie. Merci d’avoir assisté au spectacle, sans t’y opposer une seule seconde.
Bravo !
Tu as tout et je n’ai plus que mes yeux pour pleurer sur mes erreurs. Des larmes que je n’ai plus la force de verser. Je déplore avoir été entouré de créatures de ton espèce pendant tant de temps. Je déplore avoir blessé, ignoré, bafoué, le seul être qui m’a tendu la main pour me sortir des entrailles de l’enfer, dans lequel tu m’as délicatement orienté. Je déplore avoir laissé les abysses me corrompre plus vite qu’elles ne m’avaient accueilli. Je déplore, que tu aies failli gagner.
Si je suis encore debout aujourd’hui, c’est pour te prouver que ta mission est un échec. C’est pour regagner l’amour d’un ange aux ailes décharnées par mes péchés, pour lui en offrir de nouvelles, plus brillantes et éclatantes que jamais. Pour que notre lumière t’éblouisse tant que tu en perdras la vue, toi, et tous tes sbires.
Je te souhaite un jour, de rencontrer ton marionnettiste. Je ne manquerais pas de le remercier.

Marine H. © Tous droits réservés.

Address

New York, NY

Alerts

Be the first to know and let us send you an email when Marine H Écrivain posts news and promotions. Your email address will not be used for any other purpose, and you can unsubscribe at any time.

Shortcuts

Nearby media companies


Other Media/News Companies in New York

Show All